J’ai vu la fête des vignerons, je peux mourir tranquille !

La fête des vignerons, à Vevey, fait partie du patrimoine culturel immatériel helvétique. Si son histoire est intimement liée à celle de la confrérie des vignerons depuis au moins 1797, elle n’a lieu qu’au moins quatre fois par siècle. Comme ce n’est pas prévu que je devienne centenaire, l’édition 2019 était donc taillée pour moi. J’ai donc profité de la journée du jeudi 25 juillet, la journée réservée aux Suisses de l’étranger, pour répondre favorablement à l’invitation de la maison Schenk pour partir très tôt (Et quand je dis très tôt, c’est très tôt) de Bruxelles et rejoindre d’abord Genève, avant de filer à Lausanne et rejoindre Vevey en fin d’après midi.

67525668_10218759759600195_4250839861403058176_nOn m’avait dit plein de choses à propos du spectacle, conçu par Daniele Finzi Pasca, qui raconte l’histoire d’une année dans la vigne au travers d’un dialogue entre une fillette et son grand-père. On m’avait aussi parlé (Enfin, surtout une étournelle (Je trouve ça plus joli que la femelle de l’étourneau)) des 5500 figurants, tous bénévoles, mobilisés pour faire vivre ce spectacle. On m’avait aussi parlé du budget de près de 100 millions de Francs suisses de ces festivités, des 400 Francs que chaque figurants (bénévoles), avaient dû acquitté pour le paiement de leur costume. J’avais entendu parlé de tous ces caveaux où le chasselas coule à flot. Quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai débarqué du train sur la place de Vevey. Vevey,  ce petit bourg si  tranquille au bord du Lac, avec ses 20000 habitants, assailli par 35000 visiteurs, c’est (presque) Tomorrowland exposant 10 ! Mais la performance c’est quand même de construire un stade de foot, sur la place de Vevey. Et sur ce coup-là, chapeau les Suisses !

67163376_10218759754240061_189950284489818112_nBref, en attendant que le spectacle commence, il me fallait bien quelques verres de chasselas pour griller l’attente avant de gagner ma place en tribune. Le matin, à Bruxelles, quand je suis parti, le thermomètre affichait 38,5°C. À Vevey, à peine 35°C. Les conditions étaient donc idéales pour un ch’ti gars du Nord comme moi, pour passer une très bonne soirée. Et je dois dire que, même si j’ai pas tout compris, la fête des Vignerons, ça en jette. D’abord visuellement et ensuite techniquement.

67135035_10218765678268158_2337157920711507968_oLas, mille fois hélas, alors que j’étais à fond dans la trame du spectacle, un grand coup de vent et un éclair d’orage, tout aussi violent, a mis fin aux agapes. Sage décision des organisateurs. C’est donc avec un petit goût de trop peu que je quittais l’enceinte du spectacle mais la fête ne faisait que commencer et la tournée des caveaux pouvait commencer. Et sur ce coup-là, j’ai fait de la résistance…jusqu’au petit matin, pas au chasselas mais à la Chouffe. Sorry , les vignerons suisses mais bon sang ne saurait mentir ! En conclusion, cette fête des vignerons, même amputée d’une partie de son spectacle, c’est quand même grandiose. Et désormais, je peux l’écrire, j’ai vu la fête des vignerons de Vevey, je peux mourir tranquille.67796357_10218759761040231_308119944497725440_n

Publicités

Auteur : Pascal Jassogne

Journaliste, chroniqueur, oenologue, zytologue et amateur de tout ce qui se boit mange ou se consomme. Grand ami de Bacchus et Gambrinus.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s