Quelques vins d’Alsace pour sublimer quelques classiques de la cuisine belge

Atmosphere-2.jpgDans son communiqué de presse d’octobre, Vins Alsace a décidé de sublimer quelques classiques de la cuisine belge. Finalement pourquoi pas? 

 » L’hiver est à nos portes. Et quoi de mieux que nos délicieux plats régionaux pour profiter de l’ambiance chaleureuse de la maison? Des recettes cocooning parfaitement au goût du jour et accompagnées d’un verre de bon vin, choisi avec soin… Les vins d’Alsace sont connus pour leur palette aromatique unique et variée. Une richesse de goûts qui rencontre parfaitement notre sélection de 3 classiques belges de nos régions, véritables incontournables de la saison d’hiver. Des vins d’Alsace, y en a pour tous les pour tous les goûts. S’il fallait résumer en un mot les vins d’Alsace, c’est «aromatique» que l’on choisirait sans hésiter, explique le communiqué. Les parfums sont riches et séduisent les nez les plus fins. Avec des sols très diversifiés (granit, calcaire, grès, volcanique, etc. ), la région d’Alsace est favorable à la maturation et au développement d’une grande variété de vins issus de cépages différents. Chaque vin d’Alsace à sa propre personnalité, reconnaissable entre toutes. Des vins secs aux vins doux, il y en a pour tous les goûts et… tous les plats. Les associer aux saveurs typiques de nos classiques belges va permettre d’inaugurer cette saison sur de parfaites associations aussi réconfortantes que surprenantes. »

Waterzooi à la gantoise

Waterzooi.jpgCe classique bien connu, ce délicieux ragoût à base de carotte, poireau et céleri est un incontournable de la cuisine gantoise que l’on déguste au poulet mais aussi, dans sa version originale, au poisson. Une occasion idéale de découvrir un vin blanc sec d’Alsace qui donnera du peps et de la modernité à ce plat. Le saviez-vous? À l’origine, le Waterzooi (la recette), à l’origine à base de poissons d’eau douce, était le plat préféré de Charles Quint. Faute de poissons, le plat s’est réinventé à base de poulet avant de retrouver sa version initiale dans un mix de produits de la mer (lotte, barbue, crevettes, moules,…). Ce plat traditionnel nécessite un blanc puissant, genre riesling, typé, mais pas trop.

SUGGESTIONS :

AOC Alsace Grand Cru Goldert Riesling 2016 – Cave de Pfaffenheim (Carrefour) 

AOC Alsace Grand Cru Kessler Riesling 2013 – Schlumberger (Delhaize)

Stoemp bruxellois

StoempQuoi de plus belge qu’un stoemp (On prononce Stoump) ? Ce plat campagnard est une écrasée de pommes de terre, aromatisée de thym et de laurier accompagnée d’autres légumes (Chou, carottes, épinards, poireaux…) souvent accompagné de saucisses, boudins, côtes de porc ou du lard. Le saviez-vous? L’histoire du Stoemp (La recette )est intimement liée au milieu populaire brabançon et son nom vient du dialecte flamand « doorgestoempte patatjes » que l’on peut traduire par « pommes de terre écrasées ». Un véritable plat accessible à tous et si les chefs étoilés ont longtemps boudé ce plat, il est totalement  tendance  et souvent déclié sur les cartes de quelques restaurants gastronomiques qui le proposent avec du caviar, du homard voire du foie gras. Ce plat nécessite un vin qui s’exprime sur la fraîcheur pour faire ressortir le goût naturel des légumes comme un Pinot Blanc d’’Alsace. , vous faites le bon choix.

SUGGESTIONS: 

AOC Alsace Pinot Blanc 2016, Lieu-dit ‘Rosenbourg’ – Domaine André Blanck (Corawine)

Boulets à la liégeoise

BouletsÀ Liège, il n’y a pas que le lacquemant, le boudin blanc, les bouquettes ou les gaufres, qui portent d’ailleurs le nom de la ville de Liège. Le plus célèbre fleuron de la bistronomie liégeoise c’est le boulet sauce lapin (La recette ). Le boulet est une grosse boulette de viande accompagnée d’une sauce au sirop de Liège, et presque toujours accompagnée de frites maison. Un plat, on ne peut plus roboratif, pour faire oublier instantanément le froid ou la grisaille des journées d’hiver. Le saviez-vous? La sauce lapin, n’a évidemment rien à voir avec l’animal mais bien à une certaine Madame Lapin à qui on a attribué la recette originale de la sauce à base de sirop de Liège. Le sirop de Liège, nécessite 4 kilos de pommes fraîches, de poires, d’abricots, de pruneaux et de dattes pour 1 kilo de sirop. Pour accompagner la douceur sucrée de la sauce, il vous faut un vin à la fois puissant et rond.Et pourquoi pas un Pinot Gris

SUGGESTIONS:

AOC Alsace Pinot Gris ‘Sélection Sommelier’ – Wolfberger (Colruyt)

AOC Alsace Pinot Gris ‘Réserve Spéciale’ – Cave d’Ingersheim (Delhaize)

Publicités

Auteur : Pascal Jassogne

Journaliste, chroniqueur, oenologue, zytologue et amateur de tout ce qui se boit mange ou se consomme. Grand ami de Bacchus et Gambrinus.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s