2014 le millésime bouffée d’air frais dans le Bordelais

LE 2014Après 2011, 2012 et le désormais tristement mauvais 2013, le millésime 2014 vient comme une vraie bouffée d’oxygène soulager les trésoreries des  maisons bordelaises. Entre puissance et fraîcheur,  avec 2014, les volumes sont de nouveau  au rendez-vous. De quoi se frotter les mains? Remplir sa cave?  A vous de voir !

Une chose est sûre,  que ce soit rive gauche ou rive droite,  2014 a été matière à réflexion. Moins de bois, plus de biodynamie, il y  a désormais une certaine humilité naturelle qui  fera  le plus grand bien  aux gosiers des amateurs. Pour leur porte-monnaie, c’est évidemment une autre affaire…

Le rapport qui détaille ce  millésime confirme  que 2014 reste un  millésime particulier, surtout pour les rouges.

 » A ce stade, les deux premières conditions d’un grand millésime de rouge, à savoir une floraison  et  une  nouaison  précoces  et  groupées  par  beau temps sec , ne furent que partiellement satisfaites . Les parcelles les plus hâtives pâtirent de la coulure à cause d’une fin mai humide et froide ; par contre les par celles et les cépages plus tardifs fleurirent dans d’excellentes conditions permettant d’obtenir des grappes homogènes avec suffisamment de baies.  Ainsi, l’arrêt de croissance de la vigne avant véraison, troisième condition d’un millésime parfait pour les rouges, ne se produisit pas en 2014.  Les précipitations répétées de juillet et d’août, les températures proches des normales ou plus fraîches ont favorisées la pousse de la vigne et la croissance des baies au détriment de l’entrée en maturation. Les baies, de taille largement supérieure aux normales se sont colorées  lentement avec parfois l’apparition d’entassement pouvant augmenter la sensibilité aux pathogènes « 

Le rapport de l’UGCB Millésime 2014-ISVV  2014 vintage-ISVV

Pour mieux saisir toutes les nuances de ce millésime,l’Union des Grands Crus de Bordeaux Affiche WGC 2017organise  sa traditionnelle grande dégustation le 20 et 21 mai prochain à Bordeaux.

Publicités

Auteur : Pascal Jassogne

Journaliste, chroniqueur, oenologue, zytologue et amateur de tout ce qui se boit mange ou se consomme. Grand ami de Bacchus et Gambrinus.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s