En Champagne, le déficit rime avec réserve

En Champagne, le millésime 2016 s’annonce d’excellente qualité. Certes l’année aura été marquée par la pluie, la grêle, le mildiou, et les gelées printanières qui ont détruit 30% du potentiel de récolte. Le rendement commercialisable autorisé pour la vendange 2016 est fixé à 10 800 kg/ha dont 9 700 kg/ha à récolter et 1 100 kg/ha à sortir de la réserve. Du moins en théorie. En pratique, le rendement moyen pour l’appellation devrait avoisiner 8 000 kg/ha. Les exploitants pourront ponctionner leur réserve, c’est à dire le vin mis en réserve en cuve ou en fût à concurrence de 9 700 kg/ha. Une pratique courante depuis 1938 et qui permet notamment pour les  bruts sans année de proposer des vins plus aboutis, plus mûrs grâce à l’apport de ces vins de réserve de millésimes plus anciens.

 Les Belges dans le top 5 mondial

Avec un chiffre d’affaires de 4,7 milliards d’euro en 2015, dont 2,6 obtenu à l’export, la Champagne bat son record en valeur. Ce sont 4461 vignerons expéditeurs, 39 coopératives et 306 maisons de Champagne, répartis sur 33762 hectares de production, qui, en 2015 ont expédié ensemble 312 531 444 bouteilles à travers le monde. Si l’Union européenne totalise 25,6% des expéditions, le Royaume-Uni avec ses 34 millions de bouteilles, demeure le premier pays importateur de Champagne. Fin juin 2016, la tendance des expéditions reste positive avec une très légère progression (+1%).  Au niveau consommation, le Belge consomme en moyenne 3 bouteilles par an, par habitants. C’est presque aussi bien que la France.  Avec 9.200.000 bouteilles officiellement expédiées vers la Belgique en 2015, notre marché reste solidement ancré à la cinquième place des pays importateurs de Champagne. Ce chiffre ne tient pas compte du marché parallèle des coffres de  voiture. Quand on sait que sur l’ensemble du marché belge, le commerce transfrontalierdsc_1475, rien que pour La France, représente une part non négligeable de 10%. Cela doit donc faire beaucoup plus et cela est certainement encore plus significatif depuis la hausse des accises  sur le vin.Plus de 570 expéditeurs sont présents sur le marché belge. Le consommateur belge continue à privilégier le champagne brut sans année (86% du chiffre d’affaires du Champagne en Belgique) d’autres types de Champagne, tels que le Brut Nature, l’Extra-Brut, les cuvées spéciales et le rosé, sont  les seuls à progresser.

Publicités

Auteur : Pascal Jassogne

Journaliste, chroniqueur, oenologue, zytologue et amateur de tout ce qui se boit mange ou se consomme. Grand ami de Bacchus et Gambrinus.

Une réflexion sur « En Champagne, le déficit rime avec réserve »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s